Langue

Dans la Bible, le mot ‘’langue’’ a deux sens : la partie du corps, l’organe par lequel on s’exprime et le langage. 

La Parole est un élément fondamental de la création de Dieu. « Et Dieu dit : que la lumière soit… » L’homme, à l’image de Dieu, est doué de parole (langage articulé), pour le meilleur et pour le pire. De nombreux passages de la Bible évoquent la langue, cet organe difficile à maîtriser, capable de dire les plus belles louanges comme les pires méchancetés. L’épître de Jacques en parle comme d’un membre « que nul homme ne peut dompter » (Jacques 3,8). 

C’est finalement la méfiance qui, le plus souvent, l’emporte dans le message biblique, vis-à-vis de cet organe bien petit, mais aux effets potentiellement très grands. Sauf qu’être privé de parole est une tragédie. C’est ainsi que Jésus « libéra » la langue de certaines personnes incapables de parler, apportant ainsi une véritable délivrance (Marc 7,35 ; Luc 1,64).

Il y a aussi la parole au sens du langage.

Qui n’a pas été confronté au moins une fois dans sa vie à la barrière de la langue ? Rien de plus frustrant que de se retrouver avec quelqu’un qui ne parle pas la même langue que nous. On aurait tant à se dire… Mais non !

La Bible parle du fait qu’il y ait autant de langues différentes comme d’une punition divine visant à empêcher les hommes de s’ériger en maîtres tout puissants du monde. A la tour de Babel, Dieu a cassé l’unité linguistique des hommes, unité qui aurait pu dérailler en un totalitarisme mondial mortifère (Genèse 11,1-9). 

Pourtant, la même Bible suggère que dans le Royaume de Dieu, les hommes se comprendront parfaitement. Dans ce monde-ci, il est (trop) fréquent que les hommes, même lorsqu’ils parlent la même langue, « ne parlent pas le même langage ». Mais dans le Royaume de Dieu, la communion appelle une pleine compréhension mutuelle dans les rapports humains.

L’événement de Pentecôte l’illustre merveilleusement bien. Des hommes, sous l’influence de l’Esprit Saint, sont capables de parler dans des langues ‘’nouvelles’’, dans des langues ‘’autres’’, dans une sorte d’extase (glossolalie). D’autres, eux aussi sous l’influence de l’Esprit Saint, et bien que n’ayant pas la même langue maternelle, sont capables de les comprendre, de les entendre « célébrer la grandeur de Dieu ». (Actes 2,4-11 ; 10,46).

L’événement de Pentecôte montre l’universalité du Royaume de Dieu, Royaume où il n’y a plus de barrière linguistique, où les hommes ne pourront plus dire ‘’nous ne parlons pas le même langage’’. Enfin, il montre que Dieu s’adresse à tous les hommes dans leur propre langue.

Jean-Daniel Chevalier

Comments are closed.

Copyright © All Rights Reserved · Green Hope Theme by Sivan & schiy · Proudly powered by WordPress